ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
MAROC CELEBRITES 
 
 
Rubriques

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo

M

MAALMI ABDELOUHAB [ Fès 1952 ] 
 
Politologue et diplomate . Il est depuis 1976 enseignant-chercheur à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales à l'Université Hassan II- Ain Chock de Casablanca. Il est responsable du DESA de relations internationales dans le cadre de l'UFR d'études internationales. Il enseigne la théorie des relations internationales, la diplomatie, la stratégie et la sécurité internationale, la  
science politique ( en arabe ). 1985 , Docteur d'Etat en sciences politiques de l'Université de Bordeaux I. 1997-2001, Ambassadeur du Maroc auprès du Pape Jean-Paul II au Vatican. 2000, membre honoraire de l'Accademia Angélica Constantiniana des Lettres, Arts et Sciences de Rome. 2001-2003 : Directeur de la rédaction de la revue " Prologues ". Il est membre fondateur du " Groupe d'Etudes et de Recherches sur la Méditerranée " entre autre. Il est aussi membre du comité scientifique d'un certain nombre de revues dont ** Prologues ** [ Casablanca ], ** Islamocristiana ** [ Rome ], ** Revue Marocaine de Droit et d'Economie de développement ** [Faculté de droit de Casablanca ]. Il a effectué de nombreux travaux de recherche en matière de relations internationales, de politique étrangère, de stratégie, de sciences politiques, etc.. parus ou dans des revues ou dans des ouvrages collectifs au Maroc et à l'étranger. 
 
MAAN NABYLA [ Fès le 6 décembre 1987 ] 
 
Chanteuse,auteur,compositeur et guitariste. Elle enregistre pour la première fois en studio grâce à un cadeau d'anniversaire pour ses 16 ans de la part de sa tante Ouafae Bennani, qui deviendra sa manager. Grâce à ces séances , elle obtient rapidement un contrat et publie en 2005 son premier album intitulé ** D'nya **, produit par la maison de disque ** Platinium Music ** : il contient 12 titres dont un en duo avec Omar Sayed du groupe marocain mythique Nass El Ghiwane . Cpremier disque a permis à Nabyla de montrer toute la palette de son talent, de la belle chanson en français ** Poupée d'argile ** jusqu'à la techno en arabe ** Essainiya ** ou en français ** Le Bal masquée **, en passant par le renouveau de la musiaue instrumentale orientalisante ** Morok'Oh ** ou par le texte en arabe classique de ** 7yna Qaalate **, rédigé par son père. La voix puissante et précise de Nabyla, ainsi que sa modestie et sa simplicité , lui valent l'admiration de tous. Ses influences multiples ( de Edith Piaf à Metallica ) et sa capacité à chanter en 4 langues ( arabe, français, anglais et espagnol ) font d'elle l'un des talents les plus prometteuses du Maroc moderne. Son deuxième album ** Tair El 3ali ** est sorti en février 2009. 
 
MAÂNINOU AHMED [ Salé 1906 ) Idem 2003 ] 
 
Nationaliste,résistant,journsliste et écrivain. Cadet d’une famille modeste de huit enfants, d’origine Andalouse, Orphelin à l’âge de six mois, il est élevé par sa tante maternelle devenue la femme de son père. Il a suivi le cursus traditionnel des études islamiques. Au cours de son premier voyage au Moyen-Orient, il a obtenu une « Ijaza » écrite du grand imam de Damas, le Cheikh Badr Eddine Al Housni. Il assiste à la Zaouïa Naciria de Rabat à quelques conférences du grand salafiste le Cheikh Abou Chouaib Doukkali, et surtout du « Alem » Mohamed Ibn Housni Madani qui ont beaucoup aidé les jeunes dans leur émancipation culturelle. L’influence des oulémas du Proche-Orient sur la jeunesse arabe a été très grande. Les écrits des grands théologiens du monde musulman tels que Jamal-al-Din Afghani et Mohamed Abdou appelaient à un retour aux sources d’un islam libéré de l’influence des colonisateurs. En 1930, Ahmed âgé de vingt quatre ans seulement, entame un long voyage en direction de la Mecque pour accomplir le pèlerinage. Lors de la première escale du bateau à Marseille, il envoi son premier article qui est publié dans le journal « Assaada », le seul quotidien national en arabe au Maroc. Après un cours séjour à Damas, il arrive enfin à Médine puis à la Mecque pour accomplir son pèlerinage. Le 28 août, une centaine de nationalistes se sont retrouvés dans la demeure de Ahmed Lahrech pour rédiger et signer la pétition de protestation contre la publication du fameux Dahir berbèré parmi lesquels figure Ahmed Maaninou, pétition adressée au grand vizir. A.M donne ses premiers cours à un groupe d’enfants à la mosquée de la rue « Herarta ». À la création de la première école nationale libre de Salé . Il fonde en 1933, avec Boubker El Kadiri, une nouvelle école libre. En 1937, pour des raisons politiques, il crée, dans une maison offerte par Al Hadj Talbi, une autre école moderne. L’année 1932 voit la création de la première association religieuse et politique au Maroc. En juillet de la même année, dans la demeure du Ahmed Hajji, les jeunes nationalistes de Salé, Rabat et Fès célèbrent le premier anniversaire de la revue ** Maghreb ** publié à Paris et qui défend la cause marocaine. Cette manifestation est l’occasion d’annoncer la parution du premier hebdomadaire national de langue française sous la direction de Mohamed Hassan Ouazzani portant le nom de ** L’Action du Peuple **. La première rencontre entre A.M et Allal El Fassi se déroule chez un ami commun Said Hajji, à Salé en 1934, pour discuter du ** Plan de Réformes Marocaines **. Des jeunes nationalistes slaouis ont refusé d’apporter leur appui à ce projet. Par ordre du Contrôleur Civil de Salé, A.M est incarcéré une dizaine de jours à la prison Laâlou de Rabat pour avoir applaudi à l’intérieur du tribunal. Après l’interdiction du congrès du C.A.M qui doit se tenir à Casablanca et l’arrestation des trois nationalistes : Mohamed Hassan Ouazzani, Allal Fassi et Mohamed Yazidi, à l’instar des autres villes, les nationalistes de Salé organisent une grande manifestation le 17 novembre 1936 avec comme slogans la levée de l’interdiction des journaux et la liberté de la presse. Les sentences sont vite tombées sans jugement aucun, A.M qui dirige cette manifestation écope de six mois de prison ferme, Boubker Kadiri de trois mois et un mois pour le reste des organisateurs. À la suite de dissensions internes le C.A.M se scinde, en février 1937, en deux mouvements : Le Parti National pour la réalisation des réformes sous la houlette de Allal Fassi et Al Haraka al Kawmiya ( le Mouvement Nationaliste M.N ) dirigé par Mohamed Hassan Ouazzani, auquel se rallie A.M. Pour donner un écho national à la lutte des nationalistes de Meknès qui se révoltent contre le détournement de l’eau de la rivière « Abou Fékrane » au profit des colons de la région, A.M édite à Salé avec Mohamed Chemaou un numéro spécial du journal ** Al Widade ** qui est largement diffusé à Meknès et à travers le Maroc. 
Obtention miraculeuse d’un passeport le 31 décembre 1937 et nouveau départ de Hadj Ahmed Maâninou vers la Mecque pour le pèlerinage qu’il utilise, comme couverture officielle, pour la défense de la cause nationale et pour réclamer la libération des nationalistes emprisonnés, qu’il entreprend auprès des responsables politiques des pays arabes du Moyen-Orient. Au cours de ses activités politiques en Arabie saoudite, au côté du grand poète marocain Hadj Yamani Naciri, A.M apprend que les autorités françaises demandent son extradition. À la fin de son pèlerinage, son ami Naciri lui propose de retourner au Maroc, en sa compagnie, pour vivre son exil forcé à Tétouan qui est sous protectorat espagnol. Accueilli chaleureusement, à Tétouan, par la famille de Hadj Abdessalam Temtamani, A.M coopère au sein du « Parti de l’Unité Marocaine » dirigé par Mekki Naciri en coordination avec les responsables du M.N de la zone sous occupation française et participe à la rédaction du journal du parti ** Al Wahda Al Maghribia ** l’Union Marocaine. A.M est recommandé par Mekki Naciri et nommé par Ahmed Laghninmia pour le poste de Secrétaire Culturel de « l’Institut Moulay Hassan Bel Mehdi » de Tétouan où il a enseigné depuis le 11 octobre 1938, les règles de la langue arabe. A.M quitte définitivement Tétouan pour s’installer à Tanger. A.M dirige une première école primaire à Tanger, puis inaugure, le jour anniversaire de la fête du trône en 1941, une deuxième école technique celle là, filiale de l’Institut Moulay Mehdi de Tétouan, dont il sera le Directeur. L’année suivante, il crée une autre école primaire. En 1942, A.M se marie avec Lalla Saâdia Bent Mohamed Kadiri, nièce du Alem Abdellah Guennoun. Il est père de cinq garçons. Dès novembre 1942, les nationalistes de la zone nord, sous occupation espagnole, réclament la libération et l’unification du pays sur les colonnes des journaux locaux, par des manifestations dans les rues des grandes villes et par un « Manifeste » qui est présenté au Khalifa du Roi, Moulay Hassan Ben Mehdi et aux autorités espagnoles occupantes. Après plusieurs négociations avec un représentant du gouvernement français, A.M accepte de retourner définitivement à Salé le 4 juillet 1946, en compagnie de Abdeslam Bensaid. À Salé, A.M crée la première école nationale libre et moderne pour les filles seulement. Elle est inaugurée le 28 décembre 1946 par la Princesse Lalla Aicha qui lui consacre son nom. A.M intègre la fonction publique à compter du 1er avril 1967, au sein du Ministère de l’Éducation Nationale et des Beaux Arts, en sa qualité de professeur chargé des cours d’arabe. Après un demi siècle de labeur il prend sa retraite le 1er juillet 1972 
A.M est élu à l’unanimité Président du ** Syndicat Démocratique des Enseignants ** lors de son congrès constitutif réuni à Casablanca le 5 mars 1967. En 1946, le congrès constitutif du ** Hizb Achoura Wa Al Istiqlal ** Parti Démocratique de l'indépendance (P.D.I), en remplacement du M.N, élit son bureau politique avec Mohamed Hassan Ouazzani Secrétaire Général et les membres Abdelkader Benjelloun, Hadj Ahmed Maâninou, Mohamed Moakite, Ibrahim Hilali, Ali Laraki, Mohamed Larbi Alaoui et Abdelhadi Chraibi. A.M est le correspondant régional du journal en langue arabe « Arraye Alâme », porte-parole du PDI, et ce dès son apparition. Après l’arrestation des résistants de ** La Cellule de Khémisset ** dirigé par lui , il est arrêté puis jugé par le Tribunal Militaire Permanent à Casablanca. De la prison agricole à « Ain Moumen », A.M est en relation secrète avec la cellule de la résistance ** Abou Bakr Assidik ** de la ville Ouezzane ayant pour chef Abdeslam Rouijal. Hadj Ahmed est élu, à l’unanimité, président de l’ ** Organisation Démocratique de la Résistance et de la Libération ** lors de son congrès constitutif réuni à Casablanca le 23 août 1959. Maâninou et les membres du bureau politique du P.D.I, sont reçus, à Saint-Germain-en-Laye, par le roi Mohamed V de retour en France de son exil forcé à Madagascar. A.M est nommé, par le roi Mohamed V, membre du premier parlement marocain ** Al Majlis Al Ouatani Al Istichari ** ayant comme président Mehdi Ben Barka. En septembre 1959, A.M est réélu membre du bureau politique dirigé par Mohamed Hassan Ouazzazni, lors du congrès du P.D.I qui change de nom et devient : le Parti Démocratique constitutionnel ( P.D.C ), ** Hizb Addoustour Addimoukrati **. A.M est nommé, par le Roi Mohamed V, membre du ** Conseil Constitutionnel **. En 1960, il fait partie de la délégation officielle marocaine, dirigée par le Ministre Mohamed Hassan Ouazzani, qui représente le Maroc à la conférence préparatoire des pays non-alignés au Caire, puis au Conseil de défense commune arabe au Caire. Il est membre fondateur de l’Union des Oulémas du Maroc ** La Rabita ** en 1960. Le 20 mars 1963, le PDC forme avec le Mouvement Populaire et les Indépendants ** Le Front de Défense des Institutions Constitutionnelles ** (F.D.I.C). Le 3 juin 1977, il devient membre de ** l’Union des Historiens Arabes ** dont le siège est à Bagdad. Lors du conseil national extraordinaire, réuni à Casablanca le 1er octobre 1978, juste après la mort de Mohamed Hassan Ouazzani, A.M est élu Secrétaire Général du P.D.C chargé avec les membres du bureau politique de préparer le congrès du parti. Journaliste, bibliographe, analyste et écrivain, A.M Maâninou ne cesse durant toute sa vie de mener, en parallèle à sa vie politique, une autre lutte avec sa plume en répondant à plus d’une dizaine de lettres par jour et en publiant des centaines d’articles en langue arabe, de tous genres, sur les colonnes des journaux et des revues du Maroc et des pays arabes. Il édite plus de vingt deux livres. 
Le 30 juillet 1993, A.M reçoit des mains du Prince Sidi Mohamed ** Le Grand Prix du Livre ** de l’année 1992. 
 
Œuvres [en langue arabe] 
 
** Mémoires (en onze tomes)  
** Al Majliss Al Watani Al Istichari” et  
l’opposition démocratique de 1956 à 1959  
** Dar Bricha » ou l’histoire d’un kidnappé  
** Les tortures politiques ou « Dar Bricha » II  
** La famille Maâninou de Salé  
** Les Poètes de Salé du 14ème siècle de 
l’Hégire (19ème siècle)  
** « Akhawates Assafae » : L’Organisation  
féminine du PDI  
** Actions honorables de Mohamed Hassan Ouazzani  
Mohamed Hassan Ouazzani le combattant  
démocrate  
** Le 10ème anniversaire de feu Mohamed Hassan 
Ouazzani  
** Mohamed Hassan Ouazzani, 9 années d'exil  
 
 
MAAZOUZ FOUAD  
 
Artiste photographe et globe-trotter. Ce casablancais a exposé au Maroc au Beaux-Arts de Casablanca et à la Villa des Arts de Rabat. En 2007, il a exposé à Alep, Alexandrie, Bamako, Barcelone, Istanboul, Paris, Tel-Aviv et Tunis. Il maîtrise parfaitement la technique et ses oeuvres d'art portent des idées. 
 
MAAZOUZ ABDELLATIF [ Sefrou 1954 ] 
 
Economiste et homme d'Etat. Licencié en 1978, il décroche une maîtrise es-sciences économiques en 1979 à Toulouse, un D.E.S.S. et un doctorat de 3e cycle en sciences de gestions. En avril 2000, il obtient un doctorat d'Etat en sciences économiques de l'Université Hassan II de Casablanca. De 1986 à 2006, il enseigne à la Faculté de Droit et des Sciences économiques à Casablanca. Depuis 2000, il est professeur associé au cycle supérieur de gestion de l'I.S.C.A.E. Depuis 2006, il était directeur général de la maison de l'Artisanat. En octobre 2007, il est nommé Ministre du Commerce Extérieur, issu du parti de l'Istiqlal. 
 
MAAZOUZI WAJIH 
 
Cardiovasculaire. Un des pionniers des techniques de chirurgie cardiovasculaire à l'échelle internationale. Auteur de plusieurs ouvrages : 
*** Un coeur pour Houceine ( publié a l'occasion de la 1ère greffe cardiaque au Maroc ). 
*** Hygie ou le livre de la prévention. 
*** L'odyssée d'Ocpav 1, coeur artificiel marocain. 
 
MADKOURI AZZAM [ Casablanca le 22 octobre 1950] 
 
MAHMOUDI LAHCEN [ Ksar El Khamlia Merzouga ] 
 
 
MAIMOUNE ALI [ 1956 ] 
 
Artiste peintre. Il a fréquenté l'Ecole des Beaux-Arts de Casablanca, avant de rejoindre l'Ecole de des Arts Décoratifs de Paris. Il a exposé la première fois en 1963. 
 
MALOUKI BOUCHAIB  
 
MANSOURI BEN ALI [ Province de Nador le 3 mai 1944 ] 
 
Homme d'Etat. Il poursuit ses études primaires à Nador et Melilla , puis ses études secondaires à Mélilla et Tétouan . De 1963 à 1966 , il étudie à l'Ecole Supérieure de Commerce et de Gestion des Entreprises de Nantes ( aujourd'hui Audencia ). Il est de la même promotion que l'ancien Ministre de l'Economie et des Finances Françaises et actuel Sénateur : Monsieur Jean Arthuis . Après l'obtention de son diplôme de l'ESCG Nantes et de la Chambre de Commerce Espagnole de Paris , il effectue un stage de formation dans la Banque au sein du Crèdit Industriel et Commercial (CIC) à Paris . Fin 1967 , il retourne au Maroc pour devenir cadre au sein de l'Office Chérifien des Phosphates . Après l'OCP , il remplit tout d'abord les fonctions de Chargé de mission au Ministère d'Etat Chargé de la Promotion Nationale et de l'Artisanat pour ensuite faire un bref passage au Ministère du Tourisme . Il est ensuite nommé Directeur du PMU au Ministère de l'Agricultue . De 1973 à 1977 , il est directeur du Service Civil au Ministère d'Etat Chargé de la Coopération et de la Formation des Cadres . En 1977 , ce technocrate , cadre supérieur de la fonction publique , est élu Conseiller Municipal , puis Président du Conseil Provincial de la Province de Nador et enfin Député à la Chambre des Députés . Il gardera ces mandats durant quinze années . Cette même année , il est nommé par feu Sa Majesté Le Roi Hassan II : Ministre du Tourisme . Successivement , il est Ministre des Affaires Administratives dans deux gouvernements jusqu'en 1985 . De 1985 à 1999 , il est membre avec rang de Ministre du Cabinet de Feu Sa Majesté Le Roi Hassan II . Depuis 1999 , il est membre avec rang de Ministre du Cabinet de Sa Majesté Mohammed VI . Il a été décoré par Feu Sa Majesté Le Roi Hassan II en 1984 du Wissam Al Arche avec grade d'Officier . En 2009 , ll est décorée par Sa Majesté Le Roi Mohammed VI du Ouissam Al Arche de grade de Commandeur . 
 
MANSOURI MUSTAPHA [ Nador le 22 août 1953 ] 
 
Il a étudié à l'Université de Reims, et a obtenu une licence en sciences économiques en 1974 et une maîtrise en sciences économiques en 1976. Il est aussi titulaire dès 1978 d'un diplôme d'études approfondies de l'université de Nanterre Paris X et d'un doctorat de troisième cycle en économie obtenu à l'université de la Sorbonne à Paris en 1981. Il a également obtenu en 1991 un doctorat d'État en économie à l'université Mohammed V de Rabat. À Reims, Mustapha Mansouri était président de la section locale de l'U.N.E.M. 
 
Fonctions occupées 
 
Professeur universitaire depuis 1981, il est également député à la province de Nador.  
De 1992 à 1998, il est président du Groupe R.N.I au parlement et président de la région orientale et du conseil municipal d'Al Arouit.  
Il a été notamment membre du groupe de contact avec le Parlement européen. Il est en outre membre du conseil d'administration de l'Agence de la promotion et du développement des préfectures et provinces du nord, et du comité de rédaction de la Revue marocaine d'administration locale et du développement.  
Il a représenté le Maroc lors de plusieurs colloques et rencontres scientifiques internationaux dans le cadre du Programme des Nations-Unies pour le Développement, de l'école nationale d'administration du Canada, de l'institut international d'administration à Paris, de l'Union européenne.  
Le 14 mars 1998, il est nommé ministre du Transport et de la Marine marchande par feu Hassan II.  
Le 6 septembre 2000, le roi Mohammed VI le nomme ministre de l'industrie, du commerce, de l'énergie et des mines.  
Depuis novembre 2002, il devient Ministre de l'Emploi et de la Formation Professionnelle. fonction qu'il occupe toujours depuis.  
Du 27 mai 2007 au 23 janvier 2010, il a été secrétaire général du parti Rassemblement national des indépendants (RNI) à l’issue des travaux de son quatrième congrès. Il a été débarqué par Salaheddine Mezouar à la tête du courant "réformateurs".  
Du 16 octobre 2007 au 8 avril 2010, il a été président de la chambre des représentants sous le Gouvernement Abbas El Fassi.  
Le 12 juin 2009, il est élu aux élections communales dans la commune de El-Aroui (Province de Nador). Il est élu maire de la ville.  
 
MARADJI MOHAMED  
 
Grand photographe de carrière . A passé plus de 50 ans dans ce domaine où il a cotoyé les Rois Mohammed V, Hassan II, Mohammed VI , de nombreux chefs d'Etats et les plus célèbres artistes et sportifs. Médaille d'or de l'Académie des Arts et Sciences de Paris . 
 
MARAHATI SANAÂ [ Sefrou le 10 mars 1984 ] 
 
Chanteuse de Melhoun et de Gharnati. Née au sein d'une famille amoureuse de chants traditionnels marocains, sa ville natale est connue par la fête des cerises ** Moussem de Heb Lemlouk **. Sanaa Marahati devient dès son jeune âge adepte des grands maitres marocains et algériens de Melhoun. Elle est la coqueluche de tous les fans de cet art poético-musical. Elle brille notamment en interprétant le grand compositeur du zajal al malhoune Si Mohammed Lyazghi dont elle exécute avec beaucoup de charme un de ses célébres poèmes.  
Elle s'inscrit au conservatoire de musique, et de là commence une longue carrière artistique et participe régulièrement au festivals les plus prestigieux comme ceux de Fès, Rabat, Tafilalet, où elle decroche en 1999, le premier prix de la meilleure interprétation pour les jeunes de moins de 18 ans, toute nationalité confondue.  
Sanaa Marahati détient une licence en linguistique française et réalise un mémoire de fin d'étude sur ** La perception de l'image de la femme dans la poésie melhoun**. Sanaa Marahati a marqué sa présence aussi sur les chaines nationales marocaines à travers deux programmes télévisés dédiés au Melhoun. Elle a aussi diverses parutions dans des soirées télévisées ( Naghma Watay; Chada l'alhane; Massar...) . Elle publie 5 albums qui obtiennent énormément de succès auprès du label Fassiphone.  
 
MARBOU HAFID [ Tiznit 1974 ] 
 
Artiste Placticien et professeur d'Arts-Plastiques. Après ses études primaires et secondaires à Tiznit, il décroche son diplôme d'Arts-Plastiques à Marrakech en 1994 et rejoint le Centre Pédagogique d'Arts Plastiques à Marrakech. A partir de 1996, il commence sa carrière de professeur d'Arts-Plastiques . Il a exposé ses oeuvres d'Art au Maroc et à l'Etranger. 
 
MARINE MEHDI  
 
Artiste-Peintre. 
 
MATGINOUSS MOHAMED LARBI [Rabat 1851 - 1922 ] 
 
Astronome, mathématicien et spécialiste de la lecture du Coran. Auteur de plusieurs ouvrages dont : 
*** Chifaâ l'ghalil  
*** Un livre en calcul. 
*** Un livre sur les racines carrées. 
*** Un receuil poétique sur la prononciaton du R en lecture du Coran. 
 
 
MECHICHI IDRISSI MOHAMED ALI........[ Rabat 1947 ] 
 
Homme d'Etat. Titulaire d'un Doctorat d'Etat en droit ( Paris 1971 ). Il était profsseur de droit privé à la faculté de droit de Rabat et directeur de l'Institut Supérieur du Journalisme. Lors des gouvernements du 11 novembre 1993 et du 7 juin 1994, il était Ministre de la Justice. 
 
MEDBOUH MOHAMED [ Aknoul 1927 - Skhirat 1971 ] 
 
Général et homme d'Etat. Il a fait successivement ses études au collège Moulay Youssef de Rabat ( 1937-1941 ) et au collège Moulay Idriss de Fès jusqu'en 1943. Entré à l'Ecole militaire de Dar El Beida (Meknès) en 1943 , il est nommé sous-lieutenant en 1947, puis il va en France pou faire une année d'application à l'Ecole de Saumur, à l'expiraton de laquelle il a été affecté au 11 ème R.C.A. en Allemagne . Désigné pour participer aux opérations d'Extrême-Orient, il rejoint l'Indochine en mars 1949. Rentré au Maroc en mai 1952, il repart à Saumur pour y subir un stage d'officier. En 1954, il regagne le Maroc pour être afecté au 1er R.C.A . 
A la formation du gouvernement marocain Medbouh a été détaché comme officier de liaison auprès du Ministre de l'Intérieur.Il est nommé Gouverneur, successivement à Ouarzazat, Rabat et Taza. En septembre 1958, il commande la Gendarmerie Royale et en décembre de la même année, assume les fonctions de Ministre des P.T.T jusqu'au 29 aout 1959, date à laqelle il présente sa démission . Il devient ensuite aide de camp du Roi. Le 9 octobre 1967, il est nommé Directeur de la Maison Royale Militaire. Le 9 mars 1968 il est nommé général de brigade. En 1971, il a trouvé la mort au palais de Skhirat pendant les opérations du coup d'Etat manqué qu'il dirigeait. 
 
MEGHARA MEKKI [ Tétouan le 5 mai 1952 ] 
Artiste peintre. Sa première exposition date de 1958. Il a fréquenté en 1952, l'Ecole des Beaux-Arts de Tétouan où il revient comme professeur de peinture en 1961 et l'Ecole des Beaux-Arts de Santa Isabel de Hungria à Séville. Il est titulaire d'un diplôme de professeur de l'Ecole San Fernando de Madrid. 
 
MEGRI HASSAN 
Chanteur compositeur. Il a créer le groupe Megri. Parmi ses chansons : ** Jamaâ Lafna ** Layali Marrakech ** Ma Ntahinache ya zamane ** Madame l'Amérique **. Membre du Conseil International de la Musique de l'U.N.E.S.C.O, cette instance le nomme président du Comité National de la Musique de l'U.N.E.S.C.O. Il a effectué une grande tournée en 1969, dans plusieurs pays arabes, asiatiques et européennes. Il est aussi créateur de deux prix pour la musique : ** Le Rabab d'or ** et ** La Fibule d'or ** . En 2005, il était invité d'honneur du Festival National des Arts populaires de Marrakech. 
 
MEGRI YOUNES [ Oujda le 15 novembre 1951 ] 
Chanteur compositeur.Né dans une famille d'artistes , son père joue du luth et pratique les arts plastiques, sa mère chante dans une troupe de musique sacrée, ses frères jouent de la guitare et sa sœur s'exerce au chant moderne. De très bonne heure, Younès commence lui aussi à chanter en s'accompagnant de sa guitare. En 1960, toute la famille s'installe à Rabat. Younès est le plus jeune des frères Mégri que d'aucuns considèrent déjà depuis longtemps comme étant le plus pur, le mieux inspiré et aussi le plus impliqué dans les rangs de la chanson. C'est ainsi qu'il est à la fois chanteur, compositeur, dont certaines œuvres ont déjà fait le tour du monde, mais également musicien rénovateur ayant su se démarquer du style sacré et consacré des frères Megri pour aboutir à une brillante carrière de compositeur de musique de films. C'est après Hassan Mahmoud et Jalila qu'il a investi le domaine de la chanson, il y a plus de vingt ans et qu'il a fait le tour du monde. Il s'est produit dans l'ensemble des pays du Maghreb et dans certaines capitales d'Europe, où ses prestations lui ont permis de conquérir un public nombreux qui pense que la chanson maghrébine a bien besoin du talent d'une star de sa dimension. Jeune chanteur, son ambition n'était pas tant de produire des chansons pour le plaisir que de faire évoluer ses créations en leur insufflant une part d'inspiration de ce qui se fait de mieux en Europe et en Amérique. Créateur avant-gardiste, cela fait plus de vingt ans que Younès Mégri s'efforce de s'identifier à ce que sera la chanson marocaine de demain. Une chanson où il n'y a de place que pour l'effort et l'imagination en vue d'un équilibre réel entre la musique et la magie des paroles. Il se lance dans le cinéma et débute sa carrière avec le directeur de casting marocain Ahmed Boulane. C'est le premier long métrage de Boulane, Ali, Rabiaa et les autres... (2000) qui propulsera Younès Mégri aux premiers rangs des acteurs marocains dans les années 1990 pour des films marocains et internationaux. 
Parmi ses chansons : ** Ya Mraya ** Lili Touail ** Di ram dam ** Anti Ssabah ** Ya ma ** 
 
MEJATI AHMED [ 1936-1995 ] Poète moderne. Il obtient une licence en littérature à Damas en 1962, un diplôme des études supérieures en 1971 et un Doctorat d'Etat en 1992 de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat. Un des jeunes marocains à étudier en orient la littérature moderne. Le sujet traité par sa thèse de Doctorat était " La crise de modernité dans la poésie arabe moderne ". Il publia en 1987 son unique receuil de poésie : " Al Fourousiya " qui remporta le prix " Ibn Zaydoune " de poésie, de l'Institut hispano-arabe de la Culture à Madrid, en 1985, ainsi que le grand prix du Maroc pour les lettres et les Arts. Ses poésies ont été écrites entre 1962 et 1977 et une seulement : Al Hourouf, en 1985. 
 
MESKINI LATIFA 
Poétesse. Récompensée en février 2009 du prix du Maroc du livre dans la catégorie " poésie " pour son receuil ** Hanajirouha Amiaê ** ( Gorges Aveugles ). 
 
MESKINI RAHAL [ 1926-1956 ] 
Grand résistant. Il adhère au parti de l'Istiqlal en 1947, s'exile à Casablanca en 1952 où il deviendra membre de l'Organisation Secrète, chargé de Mdakra. Il prend la fuite après son arrestation en 1954. Il meurt en 1956 sous les balles, victime des réglements de compte. 
 
MEZIANE BELFKIH Abdelaziz [ Taourirt 1944 - Rabat le 9 mai 2010 ] 
 
Ingénieur et Ministre . Ingénieur en génie civil de l'École nationale des ponts et chaussées (Paris). Ingénieur de l'Institut national des sciences appliquées de Lyon. DEA en mécanique des solides (Paris X). DESS en gestion des projets (Université de Lille). Après un premier poste d'ingénieur à la Direction de l'hydraulique (Aménagements du Barrage Moulay Youssef sur la Tessaout), il est nommé Chef de division technique à la Direction des routes, puis Chef de l'Arrondissement des travaux publics et des communications à Rabat. Au lendemain de la Marche verte, il est nommé en décembre 1975 à Laâyoune comme Coordonnateur de l'ensemble des services du Ministère des travaux publics et des communications dans les provinces Sahariennes. De retour à Rabat en 1978, il fut successivement : Directeur de l'Inspection générale au Ministère de l'équipement et de la promotion nationale de 1978 à 1980. Directeur des routes et de la circulation routière de 1980 à 1983. Secrétaire général du Ministère des travaux publics, de la formation professionnelle et de la formation des cadres de 1983 à 1992.  
Ministre de l'agriculture et de la réforme agraire du 17 novembre 1992 au 27 février 1995.  
Ministre des travaux publics du 27 février 1995 au 8 août 1997. Ministre de l'agriculture, de l'équipement et de l'environnement du 8 août 1997 au 17 mars 1998. Le 24 avril 1998, il est nommé Conseiller du roi, poste qu'il a occupé auprès du roi Hassan II et qu'il a continué d'occuper auprès du roi Mohammed VI. En plus de la fonction de Conseiller du roi, il s'est vu confier la responsabilité du pilotage et du suivi de plusieurs dossiers et projets nationaux. Il a ainsi été chargé, depuis mai 1998, de la direction du projet de la liaison fixe à travers le Détroit de Gibraltar, entre le Maroc et l'Espagne (Tunnel de Gibraltar). Le 3 mars 1999, le roi Hassan II le désigne Président de la Commission spéciale éducation-formation (COSEF), qui a élaboré la Charte nationale de réforme du système éducatif[2], approuvée, en octobre 1999, par le roi Mohammed VI. La COSEF a été alors chargée du suivi, de l’évaluation et de l'enrichissement de la réforme, dans le cadre de la décennie nationale de l'éducation-formation (2001-2010). Le 26 octobre 2001, le roi Mohammed VI lui confie en plus, la présidence de la Fondation Mohammed VI de promotion des œuvres sociales de l'éducation-formation. Il est Président du Conseil de surveillance de Tanger-Méditerranée (société en charge du projet Tanger-Med). Il a également présidé, en 2002, le « Groupe Bouregreg » qui a élaboré un plan d'aménagement global de la vallée de Bouregreg (Rabat-Salé), actuellement en cours d'exécution. En 2006, il est nommé par le roi Mohammed VI, Président délégué du Conseil supérieur de l'enseignement. 
 
 
MEZIANE Mohamed [ Beni Ansar le 1 février 1897 - 1er mai 1975 ] 
Mohamed Belkacem Zahraoui Meziane (communément appelé Mohamed Meziane المارشال محمد أمزيان) 
est un militaire marocain ayant longtemps servi dans l'armée espagnole au niveau le plus élevé, unique maréchal de l'histoire du pays. 
Il est formé à l'Académie de Tolède où il fait la connaissance de Franco, Varela, Yague et Garcia Valino. Il participe en 1921 à la guerre du Rif contre Abdelkrim. Lors de la guerre civile espagnole, il met ses hommes au service de Franco contre la république dès juillet 1936. 
En septembre 1936, ses troupes envahissent un hôpital à Tolède et achèvent, à coups de grenades, plus de 200 républicains. Suite à la victoire des nationalistes, Franco lui décerne le grade de capitaine général, le plus élevé de l'armée, avant de le nommer commandant général de Ceuta, capitaine général de Galice puis capitaine général des îles Canaries. En 1956, suite à l'abrogation du protectorat espagnol, le roi Mohammed V du Maroc fait appel à lui pour y organiser l'armée. En 1959, il commande l'armée marocaine contre un soulèvement dans le nord du royaume, sa région natale. En 1966, il est envoyé en tant qu'ambassadeur à Madrid (Espagne) par le roi Hassan II, qui lui attribue le grade de maréchal en 1970. 
 
MEZOUAR SALAHEDDINE
[ Meknes 1953 ] 
Homme d'Etat et économiste . Ministre, en 2004, de l'Industrie, du Commerce et de la Mise a niveau de l'Economie. Ministre de l'Economie et des finances depuis 2007. 
 
MHAMMDI DRISS [ Fès le 30 mars 1912 - Meknès le 7 février 1969 ] 
 
Homme d'Etat. Après son baccalaureat en 1935,il obtient sa licence en Droit en 1938. Avocat en 1941 à Meknès. Il est un des signataires du Manifeste de l'Indépendance . En 1950, il était nommé membre de la commission de la réforme judiciaire . Emprisonné en 1952 par les autorités du protéctorat pour son nationalisme. Le 7 décembre 1955, il est nommé Ministre d'Etat. Le 28 octobre 1956, il est Ministre de l'Intérieur. Le 24 décembre 1958, il est nommé aussi Ministre de l'Intérieur. Ministre des Affaires Etrangères en 1960 et 1961 et après Directeur du Cabinet Royal. 
 
MICHMICHA OMAR [ Marrakech 1926 ]. 
 
Artiste peintre . A exposé la première fois en 1951.  
 
MIFTAH Mohamed [ Casablanca en 1947 ] 
 
Acteur. Véritable fief de la résistance anti-protectorat à Casablanca, Hay Mohammedi est en pleine ébullition. Les actions héroïques battent son plein. Très jeune Mohamed Miftah vit un événement tragique. Sa mère est abattue par les français en pleine manifestation du 20 août avec son fils dans les bras. Il grandira sous la houlette d'une belle-mère qui lui a prodigué tout l'amour dont il avait besoin. Vers la fin des années 1950, Mohamed Miftah découvre la passion des planches. A la maison des jeunes de Hay Mohammedi il jouera et mettra en scènes des pièces de théâtre comme "Le coffre", "Karkour sidna Cheikh"… A cette époque Tayeb Saddiki recrutait des acteurs talentueux à Hay Mohammedi. Mohamed Miftah rejoint la troupe et joue aux côté de Boujmiaâ, Larbi Batma, Omar Sayed (tous membres de Nass El Ghiwane), Hilal Abdellatif … dans une dizaine de pièces de théâtre mises en scène par Tayeb Saddiki. Ce qui ne l'empêchera pas de travailler avec d'autres metteurs en scène comme Hamid Zoughi, Abderrahman El Khayat. 
 
La TELE et LE GRAND ECRAN  
 
Vers la moitié des années 1960 la télévision marocaine est à ses balbutiements. Mohamed Miftah fera partie des premiers acteurs des fictions télévisées. Il jouera dans Al Moutarada de Ahmed Haïdar et collaborera avec d'autres réalisateurs comme Chakib Ben Omar, Mohamed Lotfi, etc… et dernièrement avec Daoud Aoulad Sayed dans Une week-end à Larache (film produit par 2M). 
Au cinéma Mohamed Miftah jouera dans plus d'une vingtaine de long-métrages et sera dirigé par presque tous les réalisateurs marocains à commencer par Nabyl Lahlou et en finissant par Nabyl Ayouch en passant par Moumen Smihi, Mustapha Derkaoui, Souheil Benbarka, Jilali Ferhati ou encore Mohamed Abderrahman Tazi. Mais Mohamed Miftah n'est pas apprécié uniquement au Maroc puisqu'il fera des apparitions dans d'autres productions étrangères italiennes ou françaises ainsi que dans des productions arabes (syriennes plus précisément). Une brillante carrière pour cet acteur hors pair. Mohamed Miftah n'a pas fini de nous étonner. 
 
FILMOGRAPHIE 
 
** Al Kanfoudi de Nabyl Lahlou  
** L'Île de Chakerbakerben de Nabyl Lahlou  
** Komany de Nabyl Lahlou  
** La Légende de la nuit de Moumen Smihi  
** Bamou de Driss Lemrini  
** Première Fiction de Mustapha Derkaoui  
** Les Cavaliers de la gloire de Souheil 
Benbarka  
** L'Ombre du pharaon de Souheil Benbarka  
** Mektoub de Nabyl Ayouch  
** Les Amis d'hier de Hassan Benjelloun  
** Yacout de Jamal Belmejdoub  
** Tresses de Jilali Ferhati  
Et après de Mohamed Smaïl  
** Les Voisines d'Abi Moussa de Mohamed 
Abderrahman Tazi 
 
COURTS METRAGES 
 
** Déjà vu de Aziz Salmy  
** Trajet de Fawzi Bensaïdi  
 
PRODUCTIONS ETRANGERES  
 
** Ariculo due de Maurizio Zaccario  
** Leïla la pure de Gabriel Axel  
** Danger à Tanger de Marco Serafini  
** Le Vent de la Toussaint de Gil Biaélément 
 
SERIES ARABES  
 
** Les quatre saisons  
** Saqr Koraïch  
** Salaheddine El Ayoubi 
 
THEATRE 
 
** Le Maroc uni de Tayeb Saddiki  
** Momou Boukherssa de Tayeb Saddiki  
** Le recueil de Sidi Abderrahman Belmejdoub 
de Tayeb Saddiki  
** El Harraz de Tayeb Saddiki  
** Sidi Yassine fi tariq de Tayeb Saddiki  
** La nuit de fin d'année avec Rachid El Ouali 
 
MILOUDI HOUSSEIN [ Essaouira 1945 ] 
 
Artiste peintre .Il vit et travaille à Essaouira. Après des études secondaires au Lycée Ibn Khaldoun d'El Jadida et à l'Ecole des Beaux Arts de Casablanca, Miloudi, s'inscrit à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris en 1973. Peintre , il a intégré diverses créations à l'architecture ( sculptures , peintures murales, céramiques ) et a réalisé des travaux graphiques et de création de bijoux. Il expose au Maroc et à l'étranger depuis 1969 . Ses oeuvres sont présentes dans d'importantes collections publiques et privées au Maroc et à l'étranger. L'artiste figure dans la troisième édition ( 1995 ) du Who's who in Graphic Art et dans la collection " The Merril C. Berman collection " New York ( 1996 ). Miloudi est présent en permanence à la Galerie Al Manar. 
 
MKINSI FANIDA  
 
Artiste-Peintre.C'est en 1990 qu'elle a commencé à peindre . Artiste de la nature et peintre de la lumière , tantôt académique tantôt spontanée , sa peinture parle à l'esprit et au coeur .  
 
MOHAMMED I [ ? - 1664 ] 
Premier souverain de la dynastie Alaouite. Il fut proclamé sultan en 1654, à Sijilmassa, berceau de la dynastie. Il conquit le Maroc oriental, arriva jusqu'à Tlemcen. Il murut en 1664 dans une bataille livrée par son frère et successeur Moulay Rachid. 
 
MOHAMMED II 
 
Sultan du Maroc de 1736 à 1738. Fils de Moulay Ismail, nommé " Ben Arbiya ", il régna à la suite de la deuxième abdication du sultan moulay Abdellah.  
 
MOHAMMED III [ 1700 - 1790 ] 
 
Souverain pacificateur, il rétablit l'ordre après trente années d'anarchie . Il fortifia les villes cotières qu'il équipa d'artillerie, libéra Mazagan ( El jedida ), batit Mogador ( Essaouira ). Il signa de nombreux traités de commerce et d'amitié avec le Danemark en 1757, l'Angleterre en 1760, la Suède en 1763, Venise et encore l'Angleterre en 1765. Un traité de paix fut signé avec l'Espagne et un autre de commerce conclu avec la France. En 1977, un an après leurs déclaration unilatérale d'indépendance, les Etats-Unis d'Amérique furent reconnus par le Maroc. Dix ans plus tard fut signé entre les deux pays , le traité de paix et d'amitié le plus ancien du genre dans l'histoire des U.S.A. 
 
MOHAMMED IV [ ? - 1873 ] 
 
Sultan du Maroc entre 1859 et 1873. Proclamé à Marrakech après la mort de son père Moulay Abderrahmane. Homme digne et droit, il affronta une guerre avec l'Espagne qui occupa Tétouan. Le conflit se termina par le traité de paix de Ceuta le 26 avril 1860. Le Maroc entre dans une crise monétaire, car il devait verser une indemnité écrasante à l'Espagne. Le Maroc étranglé, impuissant militairement, vit alors tous les consuls étrangers profiter de la situation et imposer leurs exigences . 
 
MOHAMMED V [ Fès , le 10 août 1909 - Rabat , le 26 février 1961 ] 
 
Roi du Maroc de 1927 à 1961 . Père de la Nation marocaine moderne , leader rénovateur et héros de l'indépendance . Mohammed Ben Youssef était le plus jeune des fils du sultan Moulay Youssef . Il a réussi très vite après son intronisation à se rendre populaire . Pendant la seconde guerre mondiale , il refusa d'appliquer les mesures antisémites décrétées par le gouvernement de Vichy . Après le débarquement anglo-américain au Maroc en 1942 et la conférence d'Anfa à Casablanca , il a reçu des promesses du président américain Franklin Roosevelt , pour l'indépendance du Maroc et a reconnu le Comité Français de Libération Nationale du général De Gaule . E, 1944 , il a soutenu les mouvements nationalistes qui réclamaient l'indépendance du Maroc . Il réclama dans son discours à Tanger , le 10 avril 1947 , l'indépendance , ce qui a poussé les autorités françaises à appliquer des mesures sévères envers lui et sa famille , aboutissant à la rupture avec la résidence générale . Il fut déposé par le résident général Guillaume , pour placé Ben Arafa sur le trône en 1953 et sera déporté en Corse puis à Antsirabi à Madagascar en 1954 . Le peuple marocain se souleva contre les manoeuvres de français et des incidents éclatèrent dans les fermes des colons , plus une vague de violences et d'attentats dans les grandes villes et dans le Rif . En 1955 , après son retour en France , il signa avec Antoine Pinay , les accords de la Celle Saint-Cloud et le 16 novembre 1955 , il fit son retour à Rabat où il fut accueilli triomphalement par son peuple . Le 2 mars 1956 , le Maroc proclame son indépendance etla fin du protectorat français et du protectorat espagnol . Sur le plan diplomatique , Mohammed V soutint la décolonisation du Tiers-Monde , notamment en aidant le FLN algérien pendant la guerre de libératon et d'autres mouvements nationals d'indépendance en Afrique . Il a trouvé la mort au cours d'une banale opération chirurgical en 1961 . son fils Hassan II , monta alors sur le trône alaouite .  
 
MOHAMMED VI  
 
Roi du Maroc depuis le 23 juillet 1999. Sa Majesté Mohammed Ben Al Hassan est né le mercredi 21 aout 1963 à Rabat. Alors Prince Héritier, il obtient son Baccalauréat en 1981, sa Licence en Droit à la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Rabat [ Université Mohammed V ]. 
En 1987, il obtient le premier Certificat d'Etudes Supérieures en sciences politiques et le diplôme des études supérieures du doctorat en Droit public en 1988. La même année, en novembre, il effectue un stage de quelques mois, pour compléter sa formation, auprès de Jacques Delors, alors président de la commission des communautés européennes. Le 29 octobre 1993, il obtient, à l'Université de Nice-Sophia Antipolis le titre de Docteur, par sa thèse de doctorat en droit sur le thème de " La Coopération C.E.E - Maghreb ". Alors Prince Héritier, il était souvent chargé par son père Hassan II de nombreuses missions à l'étranger. Le 2 décembre 1977, Sidi Mohammed est porté à la Présidence d'honneur de l'Association Socioculturelle du Bassin Méditerranéen. Du 23 au 30 juillet 1980, il effectue une tournée dans plusieurs pays africains et rencontre les Présidents Léopold Sedar Senghor du Sénégal, Ahmed Sekou Touré de Guinée, Félix Houphouet Boigny de Côte d'Ivoire, Ahmadou Ahijou du Cameroun et Shehu Shagari du Nigeria ; il leur a remis des messages personnels de Hassan II. Le 18 mars 1982, il est nommé par le roi , Président du comité d'organisation des neuvièmes jeux méditerranéens de Casablanca. Le 10 mars 1983, il préside la délégation marocaine aux travaux du septième sommet des pays non alignés à New Delhi. Il préside aussi en 1983 , la délégation de mise en oeuvre de l'O.U.A sur le Sahara à Addis Abeba. Le 3 octobre de la même année, il préside la délégation marocaine à la 10e conférence franco-africaine à Vittel. Il effectue en 1986 une visite officielle en Arabie Séoudite et une autre en 1987 au Japon, où il représente le Roi Hassan II, en 1989, aux obsèques de l'Empereur Hiro Hito. En 1994, il est promu au grade de Général de Division. Sa Majesté Momammed VI devient, le 23 juillet 1999, le 18e souverain de la Dynastie Alaouite, après la mort de son père.  
Le 22 juin 2000, il a été nommé Docteur Honoris Causa à l'Université George Washington. Le Roi Mohammed VI épouse en 2000 , Lalla Salma Bennani , une jeune informaticienne marocaine agée de 24 ans . Le 8 mai 2003, Mohammed VI devient père, avec la naissance de son fils le Prince Heritier Moulay Al Hassan et de la princesse Lalla Khadija. En décembre 2005, il entame une visite officielle au Japon et participe au Sommet Exeptionnel Islamique à la Mecque. Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui a bien manifesté son désir de poursuivre la modernisation du Maroc, de renforcer le système démocratique et les infrastructures du pays, de combattre la pauvreté, l'analphabétisme et l'exclusion, ouvre un grand chapitre d'espoir devant son peuple. 
 
MOUHTASSINE BAHIA 
 
Championne de Tennis. Elle débuta avec le club des universitaires R.U.C. En 1985, elle remporta le championat du Maroc [ minime ]. En 1994, elle a été médaillée d'or au championat arabe cadette en Tunisie. En 1995, elle remporta deux médailles d'or au championat arabe et d'Afrique cadette en Egypte, et le championat du Maroc. Elle rejoint le C.O.C et remporte, en 1997, deux tournois en Espagne et à Rabat. En 1999, elle est vainqueur de l'I.T.F de Ain Soukhna en Egypte. En 2001, elle remporta une médaille d'or, aux jeux méditerranéens en Tunisie. Elle décrocha la médaille d'or en simple, en double et par équipe, aux jeux panarabes en Algérie. 
 
MOULAY ABDELAZIZ  
 
Souverain du Maroc de 1894 à 1908. Proclamé alors qu'il n'était âgé que de 14 ans, Ba Hmed, exerça la réalité du pouvoir, jusqu'à sa mort en 1900. L'armée française occupa les oasis marocains: Tidikelt, Gourara et Touat, après une héroique résistance de ses habitants, Le sultan institua un impôt moderne : le tertib, s'aliénant ainsi une grande majorité de la population. Il essaya de réprimer des révoltes notamment celle de Bouhmara. En 1904-1905, l'influence française continue à s'étendre vers l'ouest, sur la Moulouya, malgré une résistance désordonnée. Pendant ce temps, la débâcle financière du Maroc s'accélère et le traité d'Algésiras avait fait éclater le mécontentement dans la population. En 1907, après le bombardement de Casablanca, les français livrent une véritable guerre dans la Chaouia et occupent Settat. Devant l'hostilité du peuple, Moulay Abdelaziz abandonna le pouvoir en 1908, détrôné par son frère Moulay Abdel Hafid. 
 
MOULAY ABDELHAFID 
 
Souverain du Maroc de 1908 à 1912. Khalifat de son frère, Moulay Abdelaziz à Marrakech, il fut proclamé sultan du Maroc en 1907 dans cette ville, mais ne fut rconnu qu'en 1908. Il se saisit du rebelle Bouhmara qu'il fit périr. Les troupes de l'occupation française entrent à Fès, après un soulèvement populaire contre l'invasion. Le traité établissant le protectorat fut signé le 30 mars 1912. Au mois de juin 1912, il remet le pouvoir à son frère Moulay Youssef et quitte Fès. 
 
MOULAY ABDELLAH [ 1710 - Fès 1757 ] 
 
Sultan du Maroc depuis 1729. Sous son régne le pays retombait dans l'anarchie dont son père Moulay Ismail, l'avait tiré. En 1735, il fut renversé par son frère Moulay Ali ( El Aêrej ) et se refugia dans le Sud. L'année suivante, il reprend le pouvoir. Peu de temps après, il dût abdiquer puis rappelé une troisième fois au trône de 1740 à 1745. Il conserva le pouvoir 17 ans. Son frère Moulay Zine l'Abidine fut proclamé sultan en 1745 et quelque temps après, Moulay Abdellah fut rappelé une quatrième fois. 
 
MOULAY ABDELMALEK [ ? - Meknès 1729 ] 
 
Souverain du Maroc, fils de Moulay Ismail. Il succéda en 1728 à son frère Moulay Ahmed qu'il avait fait emprisonner. Il ne pût se maintenir sur le trône et abdiqua après un régne très court et mouvementé. 
 
 
MOULAY ABDERRAHMANE [ v.1778 - Meknès 1859 ] 
 
Souverain du Maroc de 1822 à 1859. Il succéda à son oncle Moulay Slimane et fut proclamé avec enthousiasme par la population. L'ordre rétabli, il s'installe à Marrakech où il crée l'immense parc de l'Aguedal. Il avait tenté d'ouvrir le Maroc à des partenaires commerciaux en signant des conventions avec le Potugal en 1823, l'Agleterre en 1824 et la France en 1825. La France qui venait de prendre Alger en 1830, envoya une mission au Maroc en 1832 qui obtint la neutralité marocaine. Mais les marocains se sentaient tous solidaires des musulmans d'Algérie. En 1844, la bataille d'Isly avait été un désastre pour l'armée marocaine et finit par le traité de Tanger le 10 septembre 1844 et le traité de Lalla Maghnia le 18 mars 1845, par lequel une frontière était tracée entre l'Algérie et le Maroc de la mer au Teniet el Sassi. Malgré sa clairvoyance et son intelligence, ce souverain ne put résister au dynamisme conquérant des puissances européennes. Le processus de désintegration de l'Empire Chérifien a déja commencé. 
 
MOULAY AHMED ED-DEHBI [ ? - Meknès 1729 ] 
 
Souverain du Maroc de 1727 à 1729. proclamé Roi après la mort de son père Moulay Ismail. Peu de temps après, il fut emprisonné par son frère Abdelmalek. Rappelé une seconde fois au trône en 1728, après l'abdication de ce dernier.  
 
MOULAY ISMAIL  
 
Sultan du Maroc de 1672 à 1727. Il fut le plus célèbre, le plus vénéré et le plus puissant de la Dynastie Alaouite. Très actif et doué d'un réel esprit oraganisateur,il parvient, au cours d'un long règne de 55 ans à pacifier le Maroc comme il ne l'a jamais été depuis. Grâce à la constitution d'une puissante armée composée de trois éléments : Les contingents noirs nommés Bouakher ( Serviteurs du livre d'El Boukhari ), les unités fournies par les tribus guich et les mercenaires chrétiens parfois islamisés, il a pu lutter contre les turcs en Algérie et les européens sur les places de l'Atlantique au Maroc . En 1980, il organise la conquête du " Soudan " [ Sénégal ]. En 1684, il reprit Tanger aux Anglais et Larache aux Espagnols en 1689. Contemporain de Louis XIV, il a fait de Méknès sa capitale. En 1686, il traita avec le roi de France pour le rachat des captifs et la liberté de la navigation, ainsi que l'installation des consuls. En 1698, il proposa à Louis XIV un traité d'alliance et demanda la main de la princesse De Conti . En 1691, il libère Azila.  
Moulay Ismail édifia des monuments considérables et de puissantes Casbas occupées par des garnisons de son armée. 
 
MOULAY MOHAMMED BEN CHERIF[ ? - 1664 ] 
 
Premier Prince de la Dynastie Alaouite, proclamé Sultan à Sijilmassa, en 1940, berceau de la dynastie. Homme d'une reésistance physique légendaire et fin poitique, il conquit le Maroc oriental et arriva jusqu'à Tlemcen où il dut faire face à l'armée turque. Il mourut dans une bataille. 
 
MOULAY RACHID [ 1630 - Marrakech 1672 ] 
 
Souverain du Maroc de 1664 à 1672, frère cadet de Mohammed premier. Il commença par contrôler l'itinéraire marocain du commerce transsaharien et l'élimination de la puissante zaouia Dilaite. Il organisa l'Etat marocain et son administration après une longue période d'anarchie, frappa des monnaies et mis de l'ordre dans le pays. Il lia des relations diplomatiques avec le roi de France. En 1666, un ambassadeur de Louis XIV, Roland Fréjus, conclut avec Moulay Rachid un traité commercial. 
 
MOULAY RACHID [ Rabat le 20 juin 1970 ]  
 
Son Altesse Royal Moulay Rachid est le fils cadet du Roi Hassan II. En 1981, il préside à San Pernando ( Cadix ) en Espagne la cérémonie de mise à flot du navire " Commandant Khattabi ". Il effectue, en 1981, une visite en Tunisie et procède en 1985 à l'inauguration du nouveau complexe sportif de la ville de Laâyoune. En juin 1985, il effectue en compagnie de son frère le Prince Sidi Mohammed , la Omra. En juin 1989 il reçoit le Baccalauréat et en 1991 il reçoit le Diplôme des études universitaires générales ( DEUG ). En juin 1993, il obtient sa Licence en droit ( Mémoire : La question bosniaque ). Il effectue un stage en 1993 au siège de l'O:N:U à New York, en vue de la préparation d'une thèse de Doctorat de droit sur cette organisation . Parallèlement à ses études, le Prince s'intéresse aux activités culturelles, sociales, sportives et économiques. Il assiste en 1990 aux festivités d'intronisation de l'empereur du Japon Akihito, en 1991 il préside la délégation marocaine au Jamboré Mondial des Scouts et en 1992, il préside la Journée du Maroc à l'exposition universelle de Séville. La même année, en décembre, il a représenté son père au 19 ème Sommet des Etats de France et d'Afrique à Ouagadougou au Burkina Faso. En décembre 2005, il a représenté le Roi Mohammed VI au 23e Sommet des chefs d'Etat d'Afrique et de France à Bamako. Le prince est Président des Fédérations suivantes : La Fédération Nationale du Scoutisme Marocain - La Fédération Royale Marocaine du Tir aux Armes de chasse. S.A.R est Président d'Honneur des organismes suivants : La Fédération Royale de Yachting à voile - La Fédération Royale Marocaine de Ski et Montagne - L'Association Marocaine de la Protection de l'Environnement - L'Association Espagnole d'Assistance Sociale - L'Association Maghrébine de la Recherche et de Lutte contre le Sida - L'Association Maroc- Extrême Orient. 
 
MOULAY SLIMANE [ ? - 1822 ] 
 
Sultan du Maroc, proclamé en 1792. Homme très sage et très pieux. Fils du sultan Mohammed III. Il a rétabli l'ordre à Gourara et au Touat. Son régne fut marqué par des grandes soulévements. Ce souverain avait voulu limiter les cultes rendus aux saints, ainsi que les moussems traditionnels. En 1800, il signa la paix avec l'Espagne et montra son désir de bien vouloir abolir l'esclavage. En 1807, il envoya un Ambasssdeur auprès de Napoléon. 
 
MOULAY YAZID [ ? - 1792 ] 
 
Sultan du Maroc. Il succéda en 1790 à son père Mohammed III. Son bref régne fut marqué par des batailles avec les espagnols pour libérer Ceuta et par des soulèvements contre lui à Marrakech, au Souss et au Tafilalet. 
 
MOULAY YOUSSEF [ Fès 1882 - Rabat 1927 ] 
 
Sultan du Maroc. Il fut proclamé roi le 12 septembre 1912. Son rêgne dura 16 ans. En 1926, il entreprit un voyage en France et assista à l'inauguration de la Mosquée de Paris. Décédé le 17 novembre 1927, son fils Mohammed devient sultan du Maroc. 
 
MOULINE MOHAMED RACHID [ Rabat le 10 mars 1918 ] 
 
Homme d'Etat. Licencié en Droit et en Littérature arabe. Fondateur de l'ancien parti des Libéreaux Indépendants. En 1944, le Roi le nomme Directeur de l'Imprimerie Royale. En 1947, il était haut fonctionnaire au Ministère des Habous. Le 28 octobre 1956, il est nommé Ministre d'Etat chargé de la Fonction Publique. Il a été nommé ensuite, le 2 juin 1961, Ministre d'Etat chargé de l'Education Nationale. A publié un livre sur Mohammed V : " Nidal Malik ". 
 
MOUSSAOUI DRISS 
 
Homme de médecine, enseignant et chercheur au centre psychiatrique Ibn Rochd à Casablanca. Il est le patron de la psychiatrie marocaine. 
 
MOUTAWAKIL NAWAL [ Casablanca 15 avril 1962 ] 
 
Athlète olympique et Ministre. A fait ses études aux U.S.A . En 1983, elle décroche une médaille d'or aux jeux méditerraniens au Maroc et une autre médaille d'or aux jeux Africains de 1984 en Egypte. La même année aux jeux olympiques de Los Angles, elle reçoit la médaille d'or pour les 400 m haies . En 1987, elle gagne une médaille d'or aux jeux med en Syrie . Bien formée et forte de caractère, elle est désignée membre actif de l'Union International de l'Athlétisme et de la commission olympique internationale en 1998 . Le 15 octobre 2007, elle est désignée Ministre de la jeunesse et des Sports [ gouvernement de Abbas El Fassi ]. 
 
MRINI ABDELHAK [ Rabat 1934 ] 
 
Ecrivain et Homme de lettre . Directeur du Protocole Royal et de la Chancellerie.  
Aprés ses études au Lycée Moulay Youssef de Rabat, il reçoit son diplôme de l'Institut des hautes études marocaines en 1960. Licencié es-lettres en 1962. Diplomé d'études supérieures de l'Université de Strasbourg en 1966. Titulaire du Doctorat d'Université du même Institut en 1973 et de Doctorat d'Etat es-letres de l'Université Sidi mohammed ben Abdellah de Fès en 1989. 
A reçu plusieurs prix littéraires. Auteur des ouvrages suivants: 
 
*** L'Armée Marocaine à travers l'Histoire [ 1968 en arabe ] nouvelle ed. en 1997. 
*** La poésie du jihad dans la littérature marocaine [ 1996 ]. 
*** Recueil de poèmes " Al Hassaniates " en ar. 
*** Sa Majesté le Roi Hassan II a dit. [ 1977 -1983 - en ar. 
*** Sa majesté Hassan II Roi du Maroc : l'Homme et le Roi [ 1985 ] 
*** Mohammed V : Etudes et Témoignages [ 1988 ] 
*** Guide de la Femme marocaine [ 1993- en ar.] 
*** Introduction à l'Histoire du Maroc contemporain [ 1996 ]. 
 
MZILY SALEH [ Tafraout 1930 - 11 juin 2010 ] 
 
Homme d'Etat. Lauréat de l'Institut des Hautes Etudes de Rabat. Il a été nommé en 1956, chef de cercle d'Inezgane et en 1958, Secrétaire général de la province d'Agadir. En 1961, il est nommé Inspécteur général adjoint du Ministère de l'Intérieur. En 1962, secrétaire général de la province de Ksar-es Souk. en 1965, secrétaire général de la province de Casablanca. En 1967, Gouverneur d'El-Jadida. En 1971, Gouverneur de Meéknès. En 1972, Gouverneur d'Agadir. En novembre 1972, il a été nommé Ministre des Travaux Publics et des Communications. A représenté le Maroc au sein de plusieurs délégations à l'étranger et notamment en France, aux Etats-Unis, en Algérie, et en Tunisie.  
 
 
 
 
 
 
 

(c) BENNACEUR GHANNAM - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 19.04.2011
- Déjà 5834 visites sur ce site!